Développez votre intolérance au stress!

« Il y a plus à faire de la vie que d’augmenter sa vitesse »Gandi

Mi PHAM2

Bonjour! Aujourd’hui nous partons en sauvetage. Nous allons nous sauver du stress, cette tâche au tableau de notre bonheur.

Cet article participe au Carnaval d’articles sur le thème du stress, organisé par Guylène du blog Yoga Yogilène Un carnaval d’articles regroupe plusieurs points de vue sur un même thème, ici, le stress. N’hésitez pas à consulter les autres articles, dont je je vous indique le lien à la fin de celui ci.

Je ne vois évidemment que 3 remparts au stress. Devinez! Votre corps, votre mental et votre esprit!  C’est fou ce qu’on peut faire avec ce qu’on a reçu de la Nature! Après tout, deux d’entre eux sont aussi des déclencheurs naturels de stress… Nous allons voir pourquoi, puis faire un tour d’horizon de notre addiction au stress et tâcher de dénicher ce qui peut nous sauver de cette insupportable tension.

C’est votre corps qui déclenche le stress:

Quand on parle de stress, c’est un peu comme si on parlait d’un étranger. Un genre de virus importun tapi dans l’ombre. Pourtant, c’est bien notre corps et lui seul qui déclenche ce phénomène qu’on a appelé stress. C’est un mécanisme de défense TOTALEMENT NATUREL!

Une menace réelle ou supposée et c’est parti! Le fameux système sympathique (je me demande qui lui a donné ce qualificatif?) vous met en capacité de lutte ou fuite, pour littéralement sauver votre peau. En dehors des facteurs externes, lorsque que quelque chose cloche dans notre corps , c’est tout l’organisme qui se met en état d’alerte. N’importe quel dysfonctionnement physiologique, déclenche un stress organique. Cela requiert autant d’énergie de guérir une blessure, une maladie que des erreurs alimentaires à répétition.

Pour sortir du stress de cause purement physiologique, il faudrait (entre autre) réapprendre à faire la différence entre nourriture et « poison ». Sélection effectuée par nos lointains ancêtres, dont nous avons perdu l’instinct en quelques siècles d’erreurs cumulées…

Par exemple, nous considérons généralement les aliments industriels comme « normaux ». Pourtant, ce sont des perturbateurs majeurs de notre état de santé naturel. Vous pensez que c’est une exagération?

A des années lumières de mon choix pour une nourriture aussi vivante que possible, j’étais tombée sur un article décrivant les résultats d’une expérience scientifique. On pouvait y lire que lorsqu’on débute son repas par un aliment cuit, notre corps y réagit par la fabrication d’anticorps. Loin de faire l’apologie du crudivorisme, l’article encourageait à débuter nos repas par un aliment cru pour échapper à ce phénomène indésirable. Et on n’a parlé que de la cuisson des aliments…

Si vous souhaitez creuser la question, je vous invite à lire les articles classés sous l’onglet La philosophie du rajeunissement”, comme: “Ces aliments qui vous font vieillir et pire encore…”

Poursuivons avec le corps et une partie potentiellement génératrice de stress: le cerveau!

coucher_de_soleil_Arbre_cerveau_repos_calme_île

Une perméabilité au stress ancrée dans l’ADN:

D’après les neuro-scientifiques,  la double loi de la jungle vécue par nos ancêtres “sauvages”: “Trouver un déjeuner aujourd’hui- Ne pas être le déjeuner” aurait eu pour conséquence nécessaire, “d’imprégner” notre ADN (et donc le fonctionnement de notre cerveau), d’une vigilance extrême face aux dangers qui nous guettent. Quoique leurs conditions de vie  ne s’apparentaient que peu ou pas aux nôtres, ce fonctionnement a perduré.

Cette théorie, expliquerait la propension de l’homme moderne a se focaliser davantage sur le négatif que sur le positif. Pour survivre, il a bien fallu retenir coûte que coûte les expériences douloureuses et dangereuses. A en juger par le taux de stress de nos contemporains, il n’y a aucun doute, ça a très très bien fonctionné!! Trop peut-être? Gardez la banane! Lorsque nous sommes d’une certaine façon notre 1ère source de souffrance, c’est que nous en sommes forcément la solution!

idée_lanterne_solution_lumière

Développez votre intolérance  au stress:

Avant de mettre en pratique n’importe quel outil et il y en a un arsenal, je dirais que nous devrions revoir la place que nous donnons au stress dans notre vie. Quand je regarde autour de moi et en moi, je me dis, que nous avons érigé le stress au rang de valeur! Bien-sûr tout le monde s’en plaint (ce qui est d’ailleurs une source de stress; la plainte) mais tout de même, n’est-il pas bien vu d’être “l’élève modèle”, “l’employé de l’année”?

Ce qui caractérise l’employé idéal aux yeux d’un patron, c’est: sa tolérance au stress. Un bon élève ou un bon employé, c’est un bon petit soldat. C’est celui qui accepte tout, qui fait du chiffre, qui arrive toujours à l’heure, qui ne compte pas ses heures, qui vient même lorsqu’il est malade et est multitâches!

C’est le commercial qui passe ses journées sur la route et/ou à recevoir les doléances des clients… C’est l’enseignant soumis à la pression du programme et des inspections qui pressurise ses élèves autant qu’il l’est. C’est la super woman, mère de famille, femme active et fée du logis.

C’est en faire toujours plus pour se sentir à la hauteur, être dur à la tâche, obéir au doigt et à l’œil, rester performant, jongler avec les humeurs des collègues, des clients  et des patrons, esquiver les embuches, mettre de côté ses problèmes personnels, (mais ramener ceux du boulot à la maison) etc. Sans oublier de: GARDER LE SOURIRE!!! C’est être un véritable pro du stress!

stress_multitâches_travail_cerveau_disjoncté

Si vous voulez vivre paisiblement il va vous falloir arrêter de chercher à augmenter votre capacité à gérer le stress. Tout au contraire, je vous suggère de développer votre intolérance extrême à ce phénomène. Sans quoi, vous trouverez toujours un prétexte à le supporter et tôt ou tard, vous vous retrouverez épuisé, sans comprendre pourquoi… Vous pouvez le faire et vous vous le devez, car vous  méritez de Vivre  heureux, donc aussi sereinement que possible. Le stress à répétition, soyez en certain, ne vous conduira qu’à passer à côté de la vie.

Mettre en pratique des outils pour diminuer le stress, c’est bien, mais ça n’aura que peu d’efficacité si vous continuez  à envier les champions de  la tolérance au stress ou pire, à vouloir en être! De plus, beaucoup de ces techniques “miracles” ont à mon avis un inconvénient notoire: il faut déjà  être un minimum pausé pour les mettre en pratique…

“alors je fais quoi moi?” 3 petites choses toutes simples…

Faire le point sur votre tolérance au stress est déjà un excellent début. Et puis, si vous alliez au plus simple, avec ce que la Nature vous a donné…

1. Faites un arrêt sur image! STOP!!!

En état de stress, votre corps est uniquement prêt à lutter ou à fuir. Vous vous retrouvez alors dans l’impossibilité physiologique de prendre soin de vous! A moins que vous ayez réellement à fuir ou combattre évidemment…

Avant d’exploser en plein vol, ARRÊTEZ TOUT! Posez-vous et  NE FAITES RIEN ! Pour commencer, vous devez reposer votre corps. Un simple “je suis le parquet, je ne fais qu’un avec le parquet.” fait des merveilles. Oui, allongez-vous au sol, tout simplement. Je ne connais pas de meilleure recette pour: relâcher les tension, retrouver son souffle et sortir de la pataugeoire mentale. Vous allez vous rappeler que vous êtes un corps, pas une machine de guerre.

Vous ne pouvez pas organiser une vie sans stress à partir d’un état de stress. A moins que vous ne désiriez qu’un “truc” pour repartir de plus belle dans cet enfer. Dans ce cas, vous n’êtes pas au bon endroit. 

pause_arrêt_sur_image_stop_désert_sérénité

2. Ralentissez.

Faites une seule chose à la fois dans le plaisir de la lenteur. Pas pour être lent mais pour RESSENTIR. Ainsi vous vivez au rythme de la vie: ici & maintenant et non pas sur celui d’une mécanique rendue folle à force de conditionnements encore plus fous! Comme le fameux “Dépêche-toi!” qu’on assène aux enfants.

Goûter5

Non! Maintenant le mot d’ordre est: Prends ton temps! Prenez le temps de Vivre à VOTRE RYTHME. Ce rythme peut vous sembler trop lent au départ mais c’est une inversion des valeurs, liée à un conditionnement. Le tempo juste, c’est le vôtre et uniquement le vôtre. Vous verrez, tout comme en musique, il varie mais il est toujours juste!

3. Écoutez votre corps, il connait le chemin.

Si le corps crée le stress,  il ne fait qu’obéir à votre esprit et à votre perception du monde. Aujourd’hui, nos corps sont beaucoup plus usés nerveusement que ceux de nos ancêtres, parce que contrairement à eux, nous prolongeons excessivement nos états de stress. Ce mécanisme de survie n’est pas adapté à nos conditions de vie modernes. ???!!!! Non, je vous demande pardon. Ce sont nos conditions de vie qui ne sont pas adaptées à notre réalité physiologico-mentalo_spirituelle… Ou alors vous nous prenez pour des Dieux, si d’après vous c’est le corps qui aurait du s’adapter à cette folie… Dans ce cas, je vous laisse recréer un modèle vivant adéquat aussi MERVEILLEUX et bonne chance…

Réapprenez à écouter votre corps, il vous guidera vers vos besoins essentiels. Comment réapprendre? En faisant une pause (cf.1), en ralentissant cf.(2) et en RESSENTANT. C’est comment là-dedans? De quoi ai-je envie ou besoin maintenant?  Puis vous suivez Votre ressenti qui sera toujours juste. Vous créez ainsi une réalité bienfaisante pour vous. On pourrait appeler ça:

Suivre le chemin du bonheur…

faire_une_pause_et_écouter_son_corps

Comme promis, voici le lien vers le carnaval d’articles sur le stress, n’hésitez pas à y puiser ce dont vous avez besoin.

Ne partez pas vers d’autres horizons sans avoir laissé ici une trace de votre passage et de votre serein enthousiasme pour cet article. Un clic “j’aime”, un commentaire ou un partage. Les 3 c’est bien aussi! Clignement d'œil

Merci & à bientôt

6 Comments

  1. Les animaux, par exemple, ressentent cet état de stress pour fuir. Un ébre sera stressé au moment où le lion apparaît pour lui courir après, mais une fois que le lion s’en va, il reprendra une activité normale et son niveau de stress diminuera fortement. De plus, il ne ruminera pas cette course-poursuite avec le lion et donc, il pourra profiter de sa journée tranquillement; à la différence des humains, qui ruminent encore et encore leurs problèmes et se créent encore plus de stress …

    • Exactement Virginie et si nous ne sommes pas des bêtes, nous sommes aussi des animaux. Il y a donc bien quelque chose d’anti-naturel à subir les prolongations d’un facteur conçu pour des périodes furtives et occasionnelle. Notre lion à nous c’est un mode de vie délétères qui ignore nos besoins et notre nature… Merci pour ton commentaire

  2. Hello Carmen 🙂

    Merci de partager ta vision sur le thème du stress 🙂

    La méditation est selon moi l’un des exercices les plus accessibles et les plus efficaces pour apprendre à mieux gérer son stress.

    On se trouve bien trop souvent noyé dans nos pensées, généralement des pensées négatives.

    Ces pensées finissent par influencer notre perspective qui elle-même dicte notre expérience de la vie.

    Comme tu le dis si bien, apprenons à ralentir, ressentir les sensations et profiter du moment présent 🙂

    Merci de véhiculer tant de bonheur et de simplicité.

    Au plaisir de te lire.

    • Avec grand plaisir Morgan, c’est une joie de retrouver ses pairs dans cette aventure et de voir que nous œuvrons tous dans cette même direction pour apporter plus de bonheur à nos contemporains et plus de cohérence dans nos modes de vie. Une vie simple dans le profond respect des lois naturelles, donc de soi et donc de l’autre…Merci pour ton retour. 🙂

  3. Coucou Carmen ! Super article, ça tombe bien car je suis (comme assez souvent d’ailleurs, mais là pire encore !) en période de stress. Recherche de stage qui n’aboutit pas, exposé la semaine prochaine, angoisses dans mes relations avec les autres, mon avenir, etc.

    Je suis d’accord avec toi sur le fait que dire stop et se poser pour se calmer c’est top, ça permet de reprendre ses esprits.

    Depuis quelques années également je pratique la technique du « ralentissement » et c’est quelque chose qui m’a énormément aidé en période de stress. Par exemple si je suis en examen et que je stresse, je m’autorise à prendre + de temps pour réfléchir au sujet, aux questions. J’essaye d’enlever la pression inutile que je me met, de me dire que de toute façon je fais de mon mieux et que au fond rien n’est vraiment grave.

    Par contre je conçois que ce soit dur de ralentir dans un environnement où les gens sont stressants et te mettent la pression pour que tu sois rapide. J’ai fait un stage en restauration collective récemment et j’ai eu beaucoup de mal à m’adapter parce que j’avais pris l’habitude de ralentir justement, et les gens me disaient que je n’étais pas rapide, pas efficace, et donc c’était sous-entendu que je n’étais pas très utile. Ce qui m’a fait me remettre en question en me disant que finalement je me suis peut être un peu trop « endormie », peut être que je dois me mettre + la pression finalement… Mais bon je crois surtout qu’il faut choisir le bon environnement relationnel et de travail, c’est sûr que si on choisit un métier stressant ça va être très vite épuisant… Comme tu dis, nos conditions de vie modernes ne sont pas adaptés à notre réalité, et après on pense qu’on est des incapables si on ne parvient pas à s’adapter à elles. C’est le monde à l’envers !

    Une dernière chose, je suis tout à fait d’accord sur l’idée que l’alimentation a un effet direct sur notre santé. Surtout quand on voit que l’intestin serait notre « premier cerveau » selon les dernières études. Je suis de plus en plus persuadée qu’une alimentation crudivore est vraiment bonne pour la santé, car elle permet de conserver toutes les vitamines et nutriments essentiels pour avoir de l’énergie, qui elle nous permet de mieux résister face aux petits stress du quotidien, et de voir la vie plus positivement en général.

    Merci encore pour cet article qui m’a conforté dans mon idée que nous ne devons pas nous habituer au stress, nous devons nous créer un environnement favorable à notre épanouissement, avec le moins de sources de stress possibles 😉

    Désolé pour le roman !! À bientôt 😉

    • Merci beaucoup Carole pour ce commentaire éclairant. Je suis heureuse si cet article a pu te conforter dans l’idée de suivre ton ressenti et tes besoins physiologiques et donc psychiques. La frénésie ambiante qui sévit dans la plupart des milieux professionnel, abreuvée d’idéologie performative et consumériste me paraît être une aberration au regard des lois naturelles qui nous régissent. L’état d’épuisement (ou d’hyper excitabilité) global de nos contemporains (dont je ne m’exclus pas) en témoigne tristement. Il me semble qu’un être vivant est adapté pour répondre à la vie et non pas à un système économique qui le broie. Je suis aussi convaincue du soutien majeur que constitue l’alimentation vivante, comme tu le dis, par ce lien d’inter-dépendance entre l’état de nos intestins (et autres organes) et celui de nos pensées et émotions… Piste non négligeable pour ceux d’entre nous dont le stress aurait déjà détérioré l’état de santé global. Merci encore pour ta participation active à cette prise de conscience. A bientôt 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *