FancisChung12

Les mots et les symboles qui dérangent…

Citation_Connaissance_Albert Einstein[9]

BonjourSoleil Pourquoi y a-t-il des symboles, des idées et des mots qui nous heurtent et d’autres qui “font partis du paysage”? Parce que nous sommes doués d’intelligence! On parle ici d’intelligence *cognitive. Si pour vous la liberté est inhérente au bonheur, vous avez besoin de vous réapproprier votre liberté de penser et surtout de ressentir. Si vous croyez que c’est déjà le cas, je vous invite à lire cet article dans son intégralité pour vous en assurer. La force du conditionnement est telle que vous pourriez vous surprendre vous-même.

Dressage cognitif

*La cognition est l’ensemble des grandes fonctions de l’esprit liées à la connaissance: (perception, langage, mémoire, raisonnement, décision, mouvement…)

Dès la naissance, chacun est soumis aux croyances, us et coutumes de son environnement. De ses parents, à son pays, école, etc., un enfant n’a pas d’autre choix que de se conformer aux croyances et conceptions de son environnement. Cela, chacun le sait. Pourtant, devenu adulte, en dehors des contextes perçus comme contraignants, nous croyons disposer d’une quasi-totale liberté de penser. Rien n’est moins exact. La majeure partie de nos actions, nous les effectuons de manière inconsciente.

Aucun problème peut-être, tant que cela n’est pas un frein au bonheur. Pourtant,  il arrive souvent que des personnes soient conditionnées au point de se montrer allergiques à certains registres lexicaux, à certains emblèmes et même à un simple mot. Ce faisant, on peut passer à côté de plusieurs bienfaits: ouverture d’esprit, richesse de l’échange, solutions,  meilleure compréhension de l’autre ou de la vie…

Citation_Connaissance_Louis Gauthier[5]

Gros mots et vilains symboles

Quelques exemples simples et concrets:

Si quelqu’un vous dit qu’il adore son travail, vous penserez que c’est merveilleux et qu’il a bien de la chance! Pourtant étymologiquement et peut-être inconsciemment, il vient de déclarer qu’il vouait un culte à sa torture ou sa souffrance…

Si je vous parle du soleil en terme d’énergie, vous le classifierez sans doute comme symbole de vie et de puissance, incontestablement masculin, pourtant, en allemand, comme dans toutes les langues indo-européennes anciennes, le soleil est féminin!

Si un individu se met à parler de spiritualité, il perdra tout l’auditoire qui assimile ce lexique à des concepts tellement éthérés qu’il ne peut concevoir en quoi cela le concerne ou se demandera qui est cet énième “illuminé”?

Si vous entendez parler d’une photo de voyage, représentant un enfant au crâne rasé sur lequel on a peint une croix gammée, vous vous demanderez quel est cet endroit infâme?

Swastik_on_head[11]

Il s’agit probablement de l’Asie et plus sûrement, d’une pratique hindou très populaire où le svastika (mot sanskrit, dérivé de “su” (bien) et “asti” (il est)) symbole remontant au néolithique, est considéré comme l’un des plus favorables et sacré et représente souvent en Inde, le dieu Ganesh. Egalement omniprésent chez les bouddhistes, en Chine, il  symbolise l’éternité.

FancisChung[12]

Qui reçoit et traite l’information?

De simples exemples qui témoignent de la force du conditionnement qu’on ne devrait jamais sous-estimer. Lorsqu’on s’arrête à nos conceptions, on a bien du mal à entendre ce que “l’autre” cherche à exprimer. On ne cherche pas même à comprendre. Croyant être libre de nos pensées, nous sommes en réalité piégés dans des à-priori. Nous devenons alors hermétique aux messages que nous interprétons à l’ombre de notre inconscient et non à la lumière de notre coeur, de notre bon-sens ou de notre ressenti. A ce “jeu”, on peut même en arriver à détester une personne pour ce qu’on croit l’avoir entendu dire, tout en étant ironiquement une proie de choix pour le conditionnement de masse!

“ Uniformisation de l’information ? Bien sûr, et même utilisation de cette uniformisation comme arme stratégique.” Christine Ockrent

Est-ce bien votre libre arbitre qui traite l’information que vous recevez ou est-elle immédiatement ensevelie sous la masse colossale des informations issues de votre contexte socio-culturel? Êtes-vous prêt à écouter sans à-priori, une personne que tous vos amis ont définitivement étiquetée négativement? Combien d’élèves se sont vus affublés en début d’année de la réputation du comportement qu’ils avaient eu les années précédentes? Croyez-vous que les “mots “cancre”, “élément perturbateur”, “cas” leur laissaient beaucoup de chance?

“ L’information exposée dans les circonstances les plus choquantes est celle dont le public se souviendra le plus longtemps.” Aristote

Le bonheur et la Vie, au-delà des mots

Dans un groupe de lecteurs auquel j’ai participé, dernièrement, un membre a fait circuler une phrase incomplète en nous demandant d’y remédier à notre guise. Clin d’œil amusant, la phrase étant: “Le bonheur est un—“ De toutes les réponses que j’ai pu lire aucune ne terminait la phrase par le mot “mot”, pas même moi Clignement d'œil

N’oublions pas que les mots ne sont pas toujours ce que nous en pensons ou en croyons. Nous aurions parfois tant à gagner en dépassant nos à-priori et en entrant en relation avec l’autre ou son message,au-delà des mots qui “fâchent”… La véritable question à se poser est peut-être plus la question du message et de l’intention, derrière les mots? Comme l’a dit William Shakespeare, “ Les mots sans les pensées ne vont jamais au ciel.” Ni en enfer…

Les mots sans l’information, sont vides de sens. La première et la plus absolue des informations qui vous a été donnée est celle de la Vie! Et il est inutile et dérisoire de craindre les mots, quand on a la vie pour Intelligence!

Mots_paix_colombe_[5]

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le faire voyager…

2 Comments

  • Laurent 23 avril 2017 at 19 h 51 min

    Bonsoir Carmen,
    Je suis en total accord avec ce que tu nous explique. Depuis notre plus jeune enfance, nos parents, la société, les religions et suivant la partie du monde ou l’on est issu, influe considérablement sur nos pensées, intentions et façon de vivre. Nous sommes façonnés et conditionné tout au long de notre vie. Pourtant, nous avons le pouvoir de tout remettre à zéro et de recommencer sur nos bases propres. Nous sommes capables d’être fidèle à nous même, à nos ressentis, à ce que nous voulons que notre vie soit, d’être heureux dans un système imparfait. Le fait d’être heureux, de pouvoir faire ce que l’on a envie de faire, quand nous le vouons et comme nous le voulons (tout en étant en adéquation avec autrui) nous amène sur un chemin bien plus tranquille et bien plus clair que celui que l’on nous enseigne. Il faut percevoir l’enseignement comme une base, ensuite nous pouvons le modeler, en prendre ou en laisser pour construire la vie que nous aimerions avoir. Nous avons ce que l’on appelle le  » libre arbitre « , influencé par tout ce que nous avons ingurgité depuis tout petit. Pour ma part, je n’ai pas suivi ou très peu l’influence que tous ces acteurs ont eu sur moi. Mes parents m’ont toujours laisser le choix. Ce qui n’empêche que certains principes et valeurs que sont: l’amour, l’altruisme, le respect, et le bonheur de l’autre m’anime et en ai fait mon leitmotiv. Chacun d’entre nous doit être capable de choisir son propre chemin sans influences extérieures. Si chacun regardait chez eux, plutôt que chez les autres, nous nous en porterions beaucoup mieux. Je m’écarte un peu du sujet mais pour moi tout est lié.

    Reply
    • Carmen Bonheur21 25 avril 2017 at 14 h 19 min

      Bonjour Laurent, Alors tu as gardé le meilleur! Oui, nous sommes capables par la vigilance envers notre ressenti, de moins réagir par automatisme et conditionnement et de vivre beaucoup plus en conscience. S’occuper à identifier et répondre à nos besoins requiert en effet cette vigilance et cette qualité de présence. Oui, cette démarche nous préserve du préjugé autant qu’elle conduit au bonheur vrai. Merci pour ton commentaire. 🙂

      Reply

Leave a Comment